Avis aux voyageurs

jeudi 2 juillet 1998.
 

Le tract de l’action de sensibilisation "Silence, on déporte !" à l’aéroport de Zaventem.

JPEG - 43 ko
Respect local traditions !


Silence on déporte...

Quotidiennement, des étrangers sont embarqués de force dans des avions Sabena à destination le plus souvent de l’Europe de l’Est et de l’Afrique. Leur seule faute est d’être étrangers et de ne pas avoir été régularisés par les autorités belges.

Ces dernières, sous la bannière de l’Office des Etrangers, ont décidé d’atteindre les 15.000 expulsions par an. Demandeurs d’asile ou personnes en séjour illégal, ils sont tous considérés comme des coupables, à charge pour eux de prouver le contraire.

La déportation est la règle et la régularisation l’exception.

Une fois capturées par les forces de l’ordre, elle sont placées dans de véritables camps de détention. C’est de là qu’elles sont emmenées à l’aéroport pour y être embarquées dans les plus brefs délais. Elles attendent leur avion dans des cachots de type "commissariat classique". A quelques mètres d’ici, dans ce même bâtiment. Ces personnes n’auront souvent pas eu l’occasion de rassembler leurs affaires avant d’être conduites à l’aéroport. Menottées aux pieds et aux mains afin de les empêcher de faire valoir leurs droits, nombre d’entre elles seront rouées de coups par les gendarmes.
De wet is de wet : il faut qu’elles partent à tout prix.

...après on exécute !

Quel sera leur sort une fois déportées ?
Leur destination, c’est la misère, l’emprisonnement, la solitude, la torture et parfois la mort. Que la Belgique livre des opposants politiques à des dictatures militaires ne semblent gêner personne. Que des familles soient éclatées, des mineurs livrés à eux-mêmes dans un monde hostile ne constituent pas un problème pour le ministre de l’intérieur.

La Belgique est devenu un pays de déportation massive où, lorsqu’il s’agit d’étrangers, l’arbitraire est de mise et les droits de l’homme rangés au placard.
Art. 3 : Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.
Art. 5 : Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.
Art.9 : Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.
Art. 14 : devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile dans un autre pays.

Refusez d’être les complices passifs de cette politique massive de déportations.
Soutenez les déportés qui refusent d’être traités comme des sous-hommes.
Boycottez les compagnies qui déportent (Sabena, Tarom,...) et protestez auprès des hôtesses et du pilote.

ccle - 2 juillet 1998


0 signatures à cette pétition

Forum de l'article

Date Nom et site Web Message